Sanguinaria Elixura

Effacez vos rivalités, Serpents et Dragons...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Armarus Milli Inwë

Aller en bas 
AuteurMessage
Inwë Armarus

avatar

Nombre de messages : 55
Clan : Serpent
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Armarus Milli Inwë   Jeu 29 Sep à 3:53

Nom : Armarus
Prénom : Milli, Inwë
Surnom : Feudor

Âge : à peine 221 ans soit depuis 200 ans il est vampire
Date de naissance : 3 décembre
Lieu de Naissance : iakoutsk en haute Sibérie nord de la Russie

Nationalité :

Race : Vampire
Clan : Serpent
Rang : Chercheur en Astrophysique

Famille : père et mère introuvable, Rimski-Korsakov père adoptif mort.

Profil psychologique : plutôt solitaire de nature il recherche les endroits calme noir ou trône les brises légères mais il reste courtois en tout moment et malgré son caractère discret il ne disparaîtra pas en pleine conversation. Au contraire il aime bien donner son opinion et débattre est toujours un plaisir. Il peut devenir colérique à tout moment s’il voit quelque chose qui lui déplait et juge vite les gens. Il ne cache pas ses pensées les laissant libre comme un vent qui souvent laisse derrière lui des gens incrédule.

Description physique : grand au teint d’une blancheur inouï comme tout vampire ses cheveux contraste avec leurs couleurs noirs de Jais au nombreux reflet de grandeur normal ni court ni long toujours une mèches devant ses yeux, il porte aussi des lunettes mince et légère ce n’est pas là la cause d’une mauvaise vision mais bien plus pour empêcher ses pouvoir de se manifester constamment. Les yeux d’un doré envoûtant a la pupille qui semble vaguer comme une flamme il attire souvent l’attention sur ses yeux se qui laisse moins voir ses canines encore plsu blanche que sa peau plus petite que la normale mais qui pourtant sont tout aussi efficaces. Les oreilles légèrement pointues cachées par les mèches de couleurs sombres il porte aussi à sa main droite un anneau d’argent à l’index. Sinon il porte des vêtements souvent noirs qui contrastent mieux avec ses yeux que du bleu et il n’ose pas encore porter du rouge couleur qu’il trouve provocatrice. Son manteau tombe aux genoux bien qu’il s’ouvre avant. Les bottes hautes quand a eux sont de cuir tout comme sa ceinture qui porte deux dagues étranges.

Signes particuliers : Ses yeux dorés des pus sans fond d’une douceur réconfortante C’est grâce a eux qu’il exercent en grande partie ses pouvoirs.


Dernière édition par le Ven 7 Oct à 4:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maaya la Lune Noire
|Admin|Chef des Dragons|
avatar

Nombre de messages : 240
Clan : Dragons
Date d'inscription : 30/06/2005

MessageSujet: Re: Armarus Milli Inwë   Jeu 29 Sep à 22:40

ok, mais fait attention à tes tournures de phrases ^^ relis toi Mr.Red

_________________
~¤Oslo tu es triste Lorsque ton miroir se brise
Le silence traite ultime Innonde tes forêts De sons intimes
Verdoyante Demeure ta nature
Où nous pouvons marcher En admirant tes sépultures
Admirable écrin préservé Cache-toi de l'inhumanité¤~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finwen.free.fr
Inwë Armarus

avatar

Nombre de messages : 55
Clan : Serpent
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Armarus Milli Inwë   Ven 30 Sep à 3:09

héhé ^___^''' vi je vasi me relire .. a la fin XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwë Armarus

avatar

Nombre de messages : 55
Clan : Serpent
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Armarus Milli Inwë   Ven 7 Oct à 4:15

Histoire : L’intérêt principal de la Russie en Sibérie résidait dans le commerce très lucratif de la fourrure. De grandes quantités en furent exportées d’abord vers l’Europe, puis vers la Chine. Durant cette période, la population russe de Sibérie resta réduite, en raison des communications difficiles, des conditions climatiques éprouvantes et des restrictions sur l’émigration à partir de la Russie européenne. Par conséquent les hommes s’acharnaient à leur travail jour après jour. Milli est née dans cette partie reculé. Son père du nom de Nikolaï Rimski-Korsakov était totu aussi riche que pouvait l’être tout Sibérien avant de faire une percé époustouflante dans le domaine pourtant restreint et lointain de la musique. Il composait des poèmes symphoniques comme Sadko (1867) ou suites comme le Capriccio espagnol (1887), Antar (1868) ou Schéhérazade, dont les quatre parties reprennent des épisodes tirés des contes arabes des Mille et Une Nuits. D’une imagination débordante il arrivait toujours à surprendre alors le bambin aux cheveux noirs d’ébène qu’il avait « adopté » bien que plusieurs le prenait pour le père réel de Milli.

Ce dernier ne soutenait aucun des deux puisque ses vrais parents l’importaient peu s’était le présent... Toujours le présent. Il ne voulait pas même savoir qui ils étaient si la vie leurs restait ou si il avait donné leurs dernier souffle dans les plaines glacé de la Sibérie. Il grandit gardant toujours cette idée en tête et s’exclamant toujours devant l’œuvre de son père et de ses confrères.
Alexandre Borodine, Mili Balakirev, Modest Moussorgski, Cesar Cui et Nikolaï Rimski-Korsakov était devenu avec le temps célèbre grand… et sous le nom simple du « groupe des cinq » ils chantèrent leurs opéra fessant trôné la musique devant tout... et maintenant Milli n’avait plsu sa place comparé au violon qui dansait dans les mains des musiciens.

Maintenant ils voyageaient souvent et il ne finit pas quitté la Sibérie pour ne plus y revenir. Parfois dans les allées on demandait qui était le jeune homme mystérieux qui longeait les coulisses et qui discutait si souvent avec les musicien celui qui était si près du grand auteur de toutes les symphonies et mélodies de ce grand opéra ? Et personne ne le savaient…

Personne ne le sut jamais… pourtant discrètement une rumeur circulait… laquelle? Je ne saurais vous le dire en ces même parole qui chaque jour se déformaient plus pourtant sur son passage ou même simplement a sa vue on entendait bas des voix qui encore parlait… sans cesse…

- tu sais ce qu’on dit de lui?

- c’est un gentil homme parait-il moi je n’en sais rien

- les rumeurs affirment qu’il serait en fait très proche de Messire Rimski-Korsakov.

- très proche? Moi j’entends quelque fois des voix dirent plus!

- vous le croyez vraiment?

- moi j’en suis sur ! Sinon pourquoi roderait-il si proche de lui?!

- et vous connaissez son nom?

- C’est affreux! On devrait interdire pareil chose ce sont deux hommes ! Et puis l’un est en age d’être le père de l’autre!

- chut chut ne le dit pas si fort! Il est là derrières les rideaux je vois sa silhouette!

C’était un véritable chahut bohu chacun se bousculait pour savoir la version des gens sur L’étrange inconnu qui peu à peu gardait l’intérêt du public. Certain lui lançait des regards aussi dur qu’aurait pu l’être une pierre ou d’autre sans fond n’exprimait plus rien qu’un étrange mélange d’opinion à le voir entre deux rideau de couleur vin. Il n’en prit compte que quand quelqu’un voulut bien lui expliquer lors d’un de ces mêmes opéras alors qu’il s’était perdu dans la foule des gens méconnaissable dans son habit de velours noir aux fines rayures dorées.

Ne menait-il pas une belle vie? Il avait tout ce qu’un pauvre pouvait souhaitez… l’argent… la richesse… et comme totu ce qui accompagnait chaque livre qu’il pouvait dépenser chaque francs qu’il pouvait tenir entre ses mains s’abattait sur lui plus encore de malheur qu’il n’aurait cru. L’argent, il s’en rendu compte, n’étai alors qu’un simple attirail qui ne valait en soi rien et qui était suivit de près par la paresse et la lâcheté de totu riche et personne de haute société. Mais voila qu’il rentrait chez lui… Prenant alors conscience de cette étrange rumeur qui circulait sur lui. Certes non c’était pur invention.

Mais comment le dire celui qui depuis toujours il considérait comme son père juste la pensée d’une tel idée si farfelu lui donnait un frisson qui remontait dans son dos comme un serpent. Ou alors êtes-ce la nuit froide qui traversait ses habits de velours? Dans la nuit complètement fondu dans la noirceur grâce à ce tissu de même couleur il errait dans la rue cherchant conseil dans les rayons de lune. Derrière lui résonnait un bruit de pas léger presque imperceptible mais pourquoi s’en serait-il inquiété? Il avait bien plus à penser…

Mais perçant le silence le brisant de toute pars rompant la nuit fraîche les paroles d’une voix envoûtante vinrent lécher ses oreilles.

« Alors... c’est vraiment faux… »

Combien de temps pris-il pour prendre conscience ? Il ne comptait pas les minutes qui s’évadaient tendis qu’il arrêtait cette marche lente qui en menait de toute façon nulle part. Le forçant à arrêter d’errer comme un fantôme un homme de haute stature se tenais tout derrière. Habillé d’un satin bleu la lune baignait son visage d’une pale lueur sa peau lui semblât alors d’une blancheur inquiétante mais il accordât tout cela a un mirage, une tromperie de l’œil causer par la lumière blanche dans laquelle il baignait.

Prenant lenteur à se retourner pour lui faire face et pour enfin sortir de toute rêverie Milli observât attentivement l’étranger. Le décrivant dans sa tête des yeux bleu pâle des cheveux blonds qui comme la mode le voulait en ce moment se portait mi long. Vêtu de se splendide habit de satin bleu et noir qui jurait si bien avec tout le reste de son physique il donnait une impression si étrange et pourtant de confiance... Sous une mèche bouclée de cheveux blond brillant trônait un regard doux...

Il se sentait attiré indéniablement en confiance absolue sans pourtant le connaître… Tendis que lui contrairement opposé les cheveux d’un même noir que ses vêtements était porté plus court pour qu’une seule mèche parvienne a caché entièrement toute la partie droite de son visage. Quelques mèches rebelles frôlaient plus bas et laissait voir des reflets entièrement blanc sans aucune couleur que des tons. Alors ses yeux noisette encore observaient toujours détaillant encore et encore les circonstances étranges qui feraient bientôt de lui un vampire.

***

« Il est mort » lança simplement le vampire

Qui mort ? Qui pouvait bien être mort. Dans son cœur il espérait… battant plsu vite encore pour rompre le cycle régulier de sa respiration fronçant les sourcils sur ses yeux Milli lui adressât un regard interrogateur bien qu’empreint d’une peur dissimulé sous ses pupilles noisettes. Il n’eut pas a posé la question pas même à ouvrir la bouche tendis qu’il regardait très bien les lèvres finement tracé de son interlocuteur qui s’ouvrait dérobant deux grandes canines de grande blancheur.

« Nikolaï … »

Le monde tombait subitement tout devenait noir. Plus noir que jamais. Il en pouvait plsu du totu voir. Avit-il droit de croire un inconnu? Se pouvait être complètement faux! Bien qu’au fond il voyait la vérité se cacher dans ses propos. Cette fois un rythme déchaîné prenait son cœur. Il aurait eu envie de fondre en pleurs... en avait-il droit sa aussi? Ses yeux s’était agrandit fixant frénétiquement une mèches blondes pour simplement ne pas fixer les yeux dessous. Pleurer ou crier ? Il avait envie de faire les deux.

Mais plus rapide encore deux bras froid et dur l’entourait déjà alors seulement qu’il se rendait compte qu’il fixait le vide. Lui glissant un mot doux à l’oreille il lançait des paroles calmantes. Et peu à peu il se sentait s’apaisé… sa poitrine lui faire moins mal et ses poumons respiré plus normale tendis que sa gorge restait serré tendis que ses yeux brillaient de mille feux ou les larmes se déchirait pour glisser le long de ses joues.

Il voyait les images défiler dans sa tête. Son père… mort… il avait bu. Devenu trop alcoolique peut-être trop dépendant de tout et de rien. Aucun détail ne lui manquait lorsque qu’il voyait lui-même l’image marquante ou il s’était affairé.

[Bon la je suis un pu moins inspirer hein =_=]

Partir...Courir fuir loin la réalité fuir la vie toute entière. Pourquoi n’était-il pas capable de voir ce bon côté caché? Pourtant il aurait voulu voir bien voir encore une raison quelque part de continuer et de se battre contre un vent fort qui s’acharnait contre lui mais il était aveuglé par les pleurs par la déception de devoir toujours se battre. Que pouvait-il voir encore ? Il leva les yeux… ne voyant rien encore que la solitude devant lui que la nuit froide et noire.

Noire…. Entièrement noire…. Et doucement il sentait ses paupière s’abaissé. Des bras le soutenaient encore alors qu’il sentait ses jambes faillir. Alors que les lumières devenait plus faible encore avant que finalement il ne sombre entièrement tendis que sa vie le quittait dans des filets de sangs.

IL était mort? Si jeune… non. Il respirait faiblement. Le cœur battant à la vitesse de la mort qui l’accompagnait et à ses yeux fermer s’offrait un néant noir pareil a une nuit sans la seule lumière de la lune ou des étoiles… Le tenait fermement une présence. Mais aucun de ses sens ne lui obéissait il ne pouvait savoir de qui il s’agissait. Un instant les battements cessèrent dans sa poitrine. Il ne les sentait pas revenir tout comme il ne sentait pas l’oreille sur son cœur fiévreux et faible. Tout était éteint… Pas un courant de vie ne le parcourait.

L’air manquait tendis que son cœur lui-même s’était arrêter de danser au rythme fou que lui imposait la vie. Mais cette étrange sensation le parcourut. Ce frisson qui s’étalait sur tout son corps. Ce n’en fut pas assez pour que son cœur revienne trop faible pour continuer la danse. Se mettait à couler en lui un filet de vie qui enchaînait son esprit le retenait dans son corps qui n’était plus que sans vie.

Le lendemain il avait déjà tout oublié tout jusqu'à la moindre parcelle de sa mémoire. Les souvenirs revenait lentement et il devait les provoqué au fils du temps tout devait lui revenir et au long de ses 170 ans en tant que vampire il allait en retrouver une grande partit. Le vampire qui l’avait alors « recueilli » se montra d’une insistance particulière à tout lui apprendre utile ou non. Autoritaire il savait pourtant gagner l’affection de son élève lorsqu’il l’empêcher d’allez aux soirées ou simplement de sortir les deux regards se croisaient. Milli crachait des étincelles d’un tempérament de feu. Il lui donnât d’ailleurs un nouveau nom celui de « Inwë » ainsi que le surnom de « feu d’or » Et alors qu’il devait rester dans la bibliothèque pendant des heures pour lire un livre qu’on lui avait demandé de résumer il se devait bien de venir l’encourager. C’était bien la seule chose qui tenait Inwë a une « vie ». Alors que le soleil était à peine lever que l’aurore tardive venait lécher les vitraux des fenêtres.

Plonger dans un livre historique des plus ennuyants il n’entendait pas les pas de son maître dans l’ombre. Ce n’était qu’après une dizaine de minute sentant un regard peser sur lui qu’il relevait difficilement les yeux d’un étrange doré pour croiser le regard distant de son maître qui le fixait entièrement. Il n’ouvrait pas la bouche restant figé comme une statue. Un mois voila déjà qu’il se tenait avec son maître, Alessandro. Mais cette première fois il devait en garder un souvenir profond. Alors que doucement il sortait du noir d’entre les étagères de livres s’approchant de la table de son élève, celui-ci avait déjà retourné à sa lecture. D’humeur maussade Inwë restait distant.

Mais bien vite il détournât les yeux de son livre y portait-il un véritable intérêt? Il essayait plutôt de voir ou pouvait bien se cacher Alessandro essayant de deviner ses pensées ou ses futurs gestes. A chaque fois il s’Étonnait de voir son maître si propre alors qu’il le croyait si loin tendis qu’une mèches de cheveux bouclé et doré venait glisser sur son épaules il détournait entièrement le regard pour percer les yeux bleus pales de Alessandro.

S’écoulait lentement quelques secondes... puis une minute avant enfin qu’il ne fasse un sourire doux pour lui dire a l’oreille quelques mots réconfortant ou un simple « je t’aime ». Il ne comprit la porté de ses mots que bien plus tard lorsqu’un même jour il lui répondu ayant bien pensé à ses mots mille nuits et mille soirs durant.

« Moi aussi, maître… moi aussi… »

Alessandro avait gardé un visage neutre. Alors qu’il forçait Inwë à le regarder lui plutôt que son livre pour lequel il semblait porter un intérêt soudain très prononcé. Cette fois il ne fallut à Inwë que quelques centièmes de secondes pour réagir. Les lèvres d’Alessandro semblaient aussi froides qu’il l’aurait cru. Se fut un des seuls instants où il aurait aimé être humain. Encore vivant pour goûter la chaleur.

Mais... il disparut a son tour Alessandro fut brûlé vif sur le bûcher. Le jeune homme blond et séduisant qu’on disait gentleman n’avait pris que quelques secondes pour disparaître et ne redevenir que poussière. Il semblât a Inwë qu’il eu croisé son regard avant qu’on ne mette de l’essence sur le foin mais il n’eut pas le courage de voir la suite. Son visage pendant tout ce temps n’avait pas changé les yeux doré et brillant qui maintenant semblait surtout briller de larmes de sangs donnant une couleur rouge brillante a ses yeux un rubis étincelante qui confiât a plusieurs qu’il était lui aussi un vampire il dut donc quitter son monde une fois de plus.

Ayant appris de son maître qu’il existait une ville ou les vampires était plus nombreux regrouper et qu’ensemble ils survivaient intéresser Alessandro lui avait expliqué la suite. Son choix fut rapide il partit pour rejoindre le clan des serpents par ses nombreuses soirée dans sa bibliothèque renfermé il avait appris nombre de chose qu’il mit au service de la science en devenant chercher en astro-physique.

[fin je vais dormir maintenant =_= scuser j’avais pas une super inspiration…]


Oo je pouvait pas le rajouter dans la fiche il disait le message trop long ! bref j'ai finit ^^.. ousp oublié de me relire... XD tant pis XD trop tard je vasi me coucher!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maaya la Lune Noire
|Admin|Chef des Dragons|
avatar

Nombre de messages : 240
Clan : Dragons
Date d'inscription : 30/06/2005

MessageSujet: Re: Armarus Milli Inwë   Ven 7 Oct à 23:11

effectivement, tu ne t'es pas relu Mr.Red lol

mais tu peux aller jouer ^^

Présentation Validée

_________________
~¤Oslo tu es triste Lorsque ton miroir se brise
Le silence traite ultime Innonde tes forêts De sons intimes
Verdoyante Demeure ta nature
Où nous pouvons marcher En admirant tes sépultures
Admirable écrin préservé Cache-toi de l'inhumanité¤~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finwen.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armarus Milli Inwë   

Revenir en haut Aller en bas
 
Armarus Milli Inwë
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Euphorbia milli-culture, entretien, multiplication, floraison
» Euphorbia milli var hisloppii, la géante de l''espèce
» la Reunion, Castillon, news,...
» Euphorbe millii
» Euphorbia milii des Moul imperateae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sanguinaria Elixura :: [Gestion des Personnages] :: Présentation des Personnages-
Sauter vers: