Sanguinaria Elixura

Effacez vos rivalités, Serpents et Dragons...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sowilo La pourpre

Aller en bas 
AuteurMessage
Sowilo La pourpre

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Sowilo La pourpre   Mer 10 Mai à 19:57

Nom : de Fergura
Prénom : Sowilo
Surnom* : Sowilo la Pourpre

Âge : 200 ans
Date de naissance : 7 juillet
Lieu de Naissance : Reijavik
Nationalité : Islandaise


Race :Vampire
Clan :dragon
Rang :(je proposerai bien "dame de la suite" ou ce style ; sinon bourreau )

Famille : Encore existante, sa famille vit et regne sur des terres lointaines
Histoire :

Le vent soufflait par bourrasque sur les terres froides et sauvages d'Islande. La femme était enfermée dans une salle intime et éclairée par un lourd lustre de cristal. L'homme a ses cotés lui tenait la main , susurrant des mots apaisants. Les gens autour s'affairaient pour preparer la naissance imminente.
La jeune femme , a la beauté froide, poussa un hurlement, serrant la main de l'homme de toute ses forces. Le travail commençait. Et il durerait toute la nuit.
L'ascension de la lune était rythmé par les râles , les cris et les gémissements féminins .
La sueur perlait sur son front, les gouttes froides coulaient sur le visage de l'homme. Ses traits tirés marquaient encore plus le regard inquiété qu'il portait sur sa dame.
Le soleil pointait doucement a l'horizon , la lune s'était éclipsée avec lenteur.
Le jour allait naître et avec lui , la jeune Sowilo .
Dans un râle long et macabre, la femme extirpa de ses entrailles une fille que le père s'empressa de porter contre le sein de son épouse.
Il eut un petit rire , un rire triste. Le sang de son aimée se répandait sur les draps de lin blanc. Le vent claquait contre la vitre de la chambre.
L'homme avait ordonné a la sage femme de se retirer, ainsi qu'au médecin. Il voulait profiter de ce dernier adieu, d'un dernier baiser dans l'intimité de la mort.
Il se pencha vers sa femme, serrant contre lui le corps lourd et meurtri de son épouse. Les larmes coulaient doucement le long de ses joues.
« Je t'aime » Lui souffla t-il .
C'est ainsi que Sowilo vut le jour , pour la premiere fois, dans les bras de son pere, contre le corps froid de sa mere, le soleil inondant de sa chaleur froide et matinale la petite piece.

Son père avait toujours été froid et hautain avec quiconque l'entourant, c'était un grand guerrier et un noble homme. Sa colère était réputée dans les terres autour de leur domaine. Il aimait a faire couler le sang de quiconque parjurant son nom , ou osant s'en prendre a sa fille.
Il n'eut jamais d'autre enfant qu'elle , et c'était a ses yeux , le plus grand trésor que son château puisse abriter.

Sowilo vécut ainsi dans l'amour de son pere , et la terreur que les autres avaient pour lui. Elle tenait de lui son amour pour le calme. Jamais elle ne perdait son sang froid, même lorsqu'elle butait devant une leçon de lecture. Elle eut d'ailleurs un précepteur qui venait régulièrement en leur domaine et qui lui apprit l'art, l'histoire, la littérature et les mathématiques , ainsi que la musique.

Sowilo a l'age de 20 ans était une jeune femme accomplit, éduquée. Mais son caractère était tout autre que celles de son age. Elle restait froide et hautaine envers les gens, méprisant la plupart des êtres dans son environnement.

Lors d'un bal , elle rencontra un homme d'une prestance exceptionnelle.
Elle était vêtue d'une robe finement ouvragée , de tissu noble, filigranés d'argent. Ses cheveux étaient relevés en un chignon sophistiqué , laissant échapper des mèches de cheveux ça et là dans un ordre savamment imaginé. Son maquillage fin n'était là que pour rehausser ses yeux d'un bleu exceptionnel .
Ses lèvres étaient ornées de rouge sombre. Ses gants, assortis a sa robe cachaient des longs doigts effilés.
Son loup sur les yeux, elle descendit le large escalier de marbre la conduisant dans la salle ou avait lieu les festivités.
La main posée sur la rampe, elle jeta un coup d'oeil rapide sur les gens assemblés là , pour son vingt et unième anniversaire. Tous s'étonnaient qu'elle ne soit pas marier. Mais son père , peut être en raison de son égoïsme , ne souhaitait pas l'unir a quelqu'un de cette region. Il les trouvait tous bien trop lâches pour mériter d'abriter en leur demeure un tel joyaux.

Balayant les invités du regard, elle esquissa une moue de dégoût, retroussant ses lèvres en un rictus corrompu . Elle regardait les lèvres teintées vulgairement des dames, les habits mal taillés des hommes , lorsque...lorsqu'elle posa son regard sur lui. Son costume cintré sur-lignait des épaules larges, les traits étaient fins et nobles, ses yeux montraient une grande noblesse accompagnée d'une certaine grace dans leur froideur. Ses lèvres étaient pincées pour donner un sourire malveillant. Une cape était rejetée sur ses épaules, les tissus nobles et raffinés.
Sowilo hocha la tête , attirée par l'aura que dégageait cet homme.
Elle descendit les marches avec grace, esquissant des sourires hypocrites a ses invités et tenta de se frayer un chemin discret jusqu'à l'homme qu'elle avait repéré.
Elle arriva derrière lui, posant une main doucement sur son épaule , elle le contourna , ondulant des hanches dans une sensualité toute feline.

Elle plaqua son loup contre ses yeux et hocha lentement la tête.
« Je ne pense pas vous connaître... » Elle dessina un sourire avenant , contrastant avec son regard glacial de nature.
« En effet, et vous n'auriez pu jusqu'à aujourd'hui... »
« Je suppose que si vous êtes ici , c'est que mon père vous a convié... »
L'homme marqua un silence, plantant son regard sombre dans celui de Sowilo. Ses traits ne montraient aucune faille, aucune chaleur.
Il reprit :
« Non, je viens de me rendre dans cette region et .. » Il s'essuya a l'aide de son pouce le coin de la lèvre, attrapant une coupe de vin sur un plateau « Et une dame me parla de cette petite réjouissance. » Il sourit ,un sourire se voulant chaleureux, mais tout le reste de son visage restait figé dans une certaine attitude hautaine.

« Hum ...Je vois. Et bien cette dame a bien fait en ce cas. Mais peut être vous a t-elle accompagnée? »
L'homme étouffa un petit rire : « Heu ...Non , elle ne put. hélas! Elle dut retourner sur ses terres bien vite! » Une lueur passa dans son regard.
Sowilo sentait son coeur palpitait. Elle aimait ce coté désinvolte et hautain de cet homme, la grace et le charme qui émanaient de lui .
« Et bien, puis je connaître votre nom ? » Dit elle, maintenant fermement son loup contre son visage.
« Je me nomme Morrdred. Morrdred , simplement » Il semblait ne point vouloir en dire plus.
Il semblait hors de ce monde qui les entourait et les étouffait de leur brouhaha et de leur parfum repugnant et entêtant.
Sowilo sourit et fit une gracieuse reverence, emprunte de cette sensualité feline.

« Je me nomme moi même Sowilo de Fergura. »
Morrdred s'inclina poliment et avec charme face a la demoiselle.
« Je suis tout a fait ravi de vous rencontrer.. »

Sowilo ne pu detacher son regard de cet homme.

Le bal commença, la musique entraînante apporta avec elle son lot de danseurs et danseuses qui , par des pas légers , virevoltaient sur le parquet de la vaste salle.

Sowilo n'arrivait pas a detacher son attention de ce mystérieux Morrdred.
Prise de bouffées de chaleur, la fin du bal s'annonçant, elle sortit sur la majestueuse terrasse ouverte sur le paysage sauvage des alentours.
Elle entendit un souffle, un mouvement d'air derrière elle , et bientôt une respiration dans sa nuque dégagée. Sans dire un mot elle se tourna, devinant la presence de Morrdred. Elle glissa sa main sur la joue froide de l'homme et déposa ses lèvres contre les siennes. Leur baiser devint passionné, palpitant de vie et de plaisir.

Pendant quatre ans, ils se retrouvaient souvent en haut de la falaise sur le domaine du pere de Sowilo. Leur amour passionné ne pu retenir Sowilo a preserver sa chasteté.

Morrdred vint la rejoindre a leur lieu de rendez vous habituel, tenant les rênes de deux chevaux.
« Viens! Je voudrai te montrer quelque chose! »
Elle le regarda presque amusée et partit en sa compagnie vers un manoir qui de premier abord paraissait lugubre. L'intérieur était, en outre, décoré avec goût et luxe.
Les gens de maison de Morrdred semblaient apeurés et inquiétés a chaque parole que celui ci leur adressait. Sowilo aimait cela. Elle aimait cet homme pour la carrure, la prestance, la froideur et la rigueur qui émanait de lui.
Il l'emporta dans une chambre au mobilier des plus raffinés, comportant des meubles exotiques.
La jeune femme se laissa aller a son plaisir charnel , et dans un doux emportement, leurs corps s'unirent dans la sensualité , la possession .
Dans leur étreinte passionnée , elle ressentit une douleur vive , un flux de son energie aspiré. La souffrance était aiguë , elle étouffa un cri serrant contre elle son bourreau.
Elle sentait la chaleur de son corps s'enfuir dans la bouche de son aimé. Sowilo sentait sa vie fuir , a mesure que le corps de Morrdred vibrait d'une nouvelle chaleur. Contre lui, dans ce moment de plaisir sensuel, de ce moment de don de soi, elle sentit la jouissance monter en elle , alors que sa vie partait.
Elle sentait sa tete alourdie , son coeur palpiter , elle serrait plus fort Morrdred contre elle.
Les yeux de Sowilo roulèrent dans leurs orbites, alors que sa poitrine ne se soulevait plus d'aucun soubresaut de vie.
Une pointe d'argent glissait sur le bras de Morrdred, il perça son poignet , laissant quelques secondes son sang couler sur son avant bras, il le porta a la bouche de Sowilo . Prise d'une soif elle bu , happa cette nouvelle vie que lui offrait l'unique homme qu'elle avait aimé. Leur union charnelle devenait une union de sang, la chaleur des corps caressée par le liquide vital glissant contre leur peau nue.

Sa peau était devenue livide, mais pourtant éclatante d 'une energie inquiétante, ses yeux étaient imbibés de sang , mais très vite, ils reprirent leur bleu , puis devinrent blancs. Ses cheveux noirs avaient retrouvés un éclat que seule cette non mort pouvait offrir.

Pendant de longues années, le couple vécut heureux, sans jamais avoir a se soucier des lendemains, des gens de la ville. Le père de Sowilo , lui même , n'éprouvait aucun dégoût pour cette fille a la vie étrange. Il avait décidé de la laisser vivre ce qu'elle entendait. Il la voyait assez fréquemment, mais il ne put jamais vraiment saisir l'étendue du gouffre qui s'était installé entre les deux affiliés.
Morrdred était un homme aimant, doux et passionné, mais terriblement possessif envers Sowilo. Il ne supportait pas que quiconque pose un regard sur sa compagne. Si tel était le cas, il s'adonnait a une chasse mystique, traquant le malotru qui osa souiller de sa vue la splendeur de Sowilo. Il le ramenait en son manoir et lui faisait milles tourments.Il pouvait le torturer toute la nuit, se delectant des cris de l'homme mortel a qui il offait la mort de sa main. Jamais il ne voulut boire le sang d'hommes qu'il punissait d'avoir violé ainsi sa femme d'un seul regard.

Morrdred était devenu un nom connut dans la region, et craint. Beaucoup ressentaient des frissons glacés leur remonter l'echine en sa presence, mais tous etaient comme hypnotisés devant cette aura si delicieuse.


Un jour pourtant, Morrdred devait demander a Sowilo de vivre seule. De découvrir seule ce qu'elle désirait vraiment. Il decida qu'il ne devait plus être son maître, mais qu'elle devait être avec lui par choix.
après leur discussion, la nuit suivante, a son réveil , Morrdred avait disparut, et avec lui, sa crypte avait été vidée. Morrdred etait partit vers le nouveau continent. Il se delectait des jeunes femmes bourgeoises de ce nouveau monde. Il aimait s'adonner a des plaisirs fins et sensuels, leur faisant croire monts et merveilles, leur susurrant des mots d'amour corromputs par son sadisme , mais qui sonnaient si vrai dans le creu de leurs oreilles, de leurs cous. Le souffle chaud de l'homme les faisait vibrer de plaisir une derniere fois, avant que la morsure singlante les penetre.
Il n'aimait pas, du moins personne d'autre que lui même et Sowilo . L'unique personne qu'il avait engendré et fait naitre au monde de la nuit.
L'absence de son aimée lui pesait terriblement , et les plaisir charnels qu'il partageait avec elle lui manquait au plus profond de ses entrailles. Mais il attendrait qu'elle l'appelle de toute son ame...Il etait patient, d'une patience cruel , mais il trouvait de même un plaisir dans sa propre souffrance.

Sowilo était a present sure. Elle aimait cet homme et ne serait fidèle qu'a lui, son coeur lui appartenait. Mais il avait également raison, elle avait son propre chemin a faire.
Elle fit faire ses malles et partit pour Oslo.

Elle sentait les auras étranges de cette ville. Elle savait que des gens de sa race vivaient ici .
Un jour qu'elle se promenait dans les ruelles sombres a la recherche d'une proie digne de son baiser mortel , elle fut attirée par le bruit sourd d'un corp mort.
Elle tourna a l'angle de la rue et aperçut un des siens lâchant le cadavre de ce qui fut son diner.
Après presentation et discussion, elle fut invitée a se renseigner et peut être même a rejoindre le clan des dragons de cette ville, au titre de bourreau, elle qui aimait tant la chasse, et les plaisirs sadiques!

Les nuits suivantes, elle errait dans les rues eclairées par la lueur froide de la lune , dans Oslo. Elle cherchait le domaine des dragons.
Une nuit, elle tomba sur une petite porte portant l'ecritaux "Presentation" . Intriguée, elle glissa sa main sur la poignée et poussa doucement la porte. Comme bloquée par une energie etrange , la porte grinca et la laissa pourtant pénétrer dans le lieux.
Elle avait enfin trouvé l'endroit ou elle pourrait evoluer.

Profil psychologique : Sowilo est tres froide et hautaine, ce qui lui vaut le defaut d'etre peu sociable, en outre, son gout pour le raffinement lui confere la qualité d'etre toujours elegante, peu enclunte a la discussion, elle acceptera pourtant les gens dans son entourage a condition qu'ils en valent la peine, et elle devient avec eux alors, quelqu'un d'extrememnt loyal. Sinon, elle peut s'emporter dans des fureurs noirs et inquietantes, et passé tres vites a la gentillesse et a la douceur. Elle a un caractere assez instable apres la chasse.

Description physique : Elle est grande mince, sa peau est livide , presque bleue, mais pourtant resplendissante, ses yeux ont tendance a etre rouge apres une partie de chasse, ses cheveux sont tres longs et noirs, souvent lache et etalés sur ses epaules et son dos, mais parfois attachés en une coiffure sophistiquée. Elle parle egalement avec un accent suave et envoutant , lui venant de son origine.

Passions* : Elle est une grande passionnée pour tout ce qui touche a l'art et aux voyage, ainsi qu'aux plaisirs sadiques..

Signes particuliers* : elle fume enormement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sowilo La pourpre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Datura double pourpre (semis)
» Cestrum pourpre ou Cestrum élégant
» Zingiber malaysianum, un gingembre pourpre!
» Orchis purpurea ( Orchis pourpre )
» Rivière pourpre en automne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sanguinaria Elixura :: [Gestion des Personnages] :: Présentation des Personnages-
Sauter vers: