Sanguinaria Elixura

Effacez vos rivalités, Serpents et Dragons...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Caïn Crowell

Aller en bas 
AuteurMessage
Caïn Crowell
Explorateur [Serpent]
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 07/08/2005

MessageSujet: Caïn Crowell   Lun 8 Aoû à 10:46

Nom : Crowell:
Prénom : Caïn
Surnom* : Le prince qui appelle la mort/ le comte des poisons.

Âge : 19 ans en apprence, 61 en réalité
Date de naissance : 14 juillet 1789
Lieu de Naissance : Londres.
Nationalité : Anglaise / française.

Race : Vampire.
Clan : Serpent.
Rang : Explorateur.

Famille : Le comte Crowell, et une domestique française. Il a aussi la famille Crowell, et plus particulièrement sa demi-soeur, Mélie.

[url]www.camus.altervista.org/jezebel/js_base/js_personaggi/mary.jpg[/img][/url]" target="_blank" rel="nofollow">http://images.google.fr/images?q=tbn:nCEr9dpP65QJ:www.camus.altervista.org/jezebel/js_base/js_personaggi/mary.jpg[/img][/url] (Mélie, la demi-soeur de Caïn.)
http://images.google.fr/images?q=tbn:5ojefl9sBe4J:perso.wanadoo.fr/yetsirah/img_perso/riff.jpg
Adrian, son amant.
http://images.google.fr/images?q=tbn:bzvaa6aHLnAJ:perso.wanadoo.fr/yetsirah/img_perso/alexis2.png ( Le comte, son père.)

Histoire :

" Petite soeur, je t'aime..."

Les tout premiers mots de tendresse que Caïn n'ai jamais murmuré. C'est peut-être à ce moment précis que sa véritable histoire a commencé... Mais comme tout ce qui l'entoure, ces quelques mots étaient destinés à être entachés par le sang et les larmes...

14 juillet 1789.

Dans les rues de Paris, la colère gronde et le peuple crit... Coïncidence ou prédestination, c'est dans le contexte sanglant de la révolution que naquit à Londres le jeune Caïn. Alors que les aristocrates anglais évoquaient les derniers évènements, un enfant poussait dans une chambre sombre ses tous premiers cris, tandis que la bastille tombait aux mains du peuple. Et comme pour marquer encore plus de violence et de haine la destinée de ce petit être chétif, on choisit de l'appellait Caïn. Ainsi, il porterait toute sa vie le nom du premier assassin de l'univers...

Fils bâtard, il fut tout de suite caché, durant des années par son père, et laissé aux mains douces et aimantes de sa mère. Une femme qui dônna tout à son enfant, de son amour à son sang, se prostituant pour lui donner de quoi mangé... Ses mains fines faisaient souvent danser l'archet d'un violon devant les yeux ébahis de son fils. Mais peu à peu, la folie la gagna, et, un soir d'orage, elle l'emporta. Dans l'église ou l'enfant et elle avait trouvé refuge, elle était montée dans sa robe déchirrée priait en riant pour son enfant illégitime. Et de la tour, un ange s'était envolé ce soir là, entouré par la lueur cristalline de miliers de petits fragments de verre d'un mauvais vitrail. Depuis ce jour là, Caïn n'est plus jamais entré dans un église.

Errant sans but dans la ville, l'enfant vécut de quelques larcins et autres basses besognes plus ingrates les unes que les autres. Une vie dure et rarement récompensée de plus qu'un morceau de pain sec et d'un peu d'eau fraîche. Les temps étaient durs à Londres...

Mais un soir, un élégant messieurs vint le chercher. Il leva ses étranges yeux dorés vers lui, regard dû aux lointaines origines consanguines de sa famille noble, et, ému, l'homme le prit dans ses bras. L'enfant étant trop faible pour réagir, il ne fit donc pas le moindre geste.

"C'est lui..."

Murmura le noble.

" A son regard, je sais que c'est lui..."

Sans même que qui que ce fut puisse protesté, de l'argent fut versé à l'homme qui l'exploitait depuis la mort de sa mère et, dans la nuit, l'enfant suivit son nouveau maître sans un mot.

C'est ainsi qu'il arriva devant une batisse lumineuse et bruyante, un manoir richement décoré, loin de ce qu'il avait connu jusqu'à présent. L'enfant y entra, et, quand les lourdes portes se refermèrent sur lui, il comprit qu'il n'en ressortirait pas de sitôt. On le plaça dans une salle, où on lui apporta un bol de soupe chaude ainsi que de l'eau et du pain frais. Un véritable festin pour cet enfant livré à lui-même et affamé. Dans la pièce à côté, il y avait comme une dispute, et par moment, Caïn percevait quelques brides de conversations, même si tout était mélangé dans sa tête.

" C'est ton enfant, Mattiew, le seul garçon que tu ai et par conséquent le seul héritier à qui tu puisses laisser la fortune des Crowell..."

"Ce démon n'est pas mon enfant. C'est à peine si ce sauvage sait tenir debout... Tu sais très bien que je ne l'ai jamais voulu. On m'a déjà condamné à un mariage dont je ne voulait pas par sa faute, et tu voudrais en plus que je l'élève et que je le nourrisse?!"

" Il n'est en rien responsable de tes fautes! Elève-le! Tu n'as pas le choix! Il est ton fils légitime, ton seul fils!"

" Il est maudit, Neil, il n'est rien d'autre qu'un ange aux ailes noirs qui n'attend que de se réveiller pour tous nous faire chuter."

Un lourd silence. Caïn sauçait paisiblement son pain dans sa soupe, sous le regard curieux et médisant des domestiques, qui l'observait comme une bête sauvage en murmurant. Une porte s'ouvrit alors, et un homme aux cheveux noirs et avec des lunettes rectangulaires entra dans la pièce, à côté de l'autre homme qui était venu le chercher et qui semblait bien plus vieux que l'étranger. Caïn sentit son coeur battre contre sa poitrine à le tuer. Pour la premier fois, il était terrorisé. Il y avait quelque chose dans cette haute stature qui l'inquiétait, et qui mettait ses sens en alerte.

Sans un mot, l'homme le prit fermement par l'épaule et l'entraina avec lui. Caïn ne cessa de jetter des regard suppliant vers celui qui était venu le chercher, mais en vain... C'est ainsi que Caïn vit son père pour la première fois.


Dernière édition par le Lun 8 Aoû à 11:50, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn Crowell
Explorateur [Serpent]
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 07/08/2005

MessageSujet: Re: Caïn Crowell   Lun 8 Aoû à 10:49

Il fut confier à un majordome aux cheveux légèrement blonds et au sourire rassurant nommé Adrian, qui s'occupa de le laver et de le changer. Tant d'attention gênait le jeune garçon, habitué à plus mauvais traitement. Des jours passèrent sans qu'il ne revoit son père.

Mais un matin, il vit une étrange silhouette ressemblant à un jeune garçon de 5-six ans dans le jardin. Il s'avança vers elle, et à peine eut-il le temps de poser sa main sur son épaule qu'il se retrouvait avec une profonde entaille au bras que l'autre enfant lui avait fait à partir d'un couteau. Adrian pensa sa plaie avec douceur comme à son habitude, et, bientôt, le jeune homme oublia cet incident. et le soir, lorsqu'il s'appreta à aller se coucher, il revit l'ombre inquiétante de son père, tenant fermement l'enfant qui l'avait blessé. Observant dans l'entrebaillure de la porte la scène, il le vit faire tomber le chapeau à la gavroche qu'il portait sur la tête. Et là, une magnifique cascade de cheveux dorés tomba sur son dos jusqu'au creux de ses reins, tandis que deux perles d'azurs croisaient ses yeux de chat en silence.

" Mélie, tu es un vrai garçon manqué. Je ne pourrai donc rien faire de toi..." Souffla le comte exaspéré, pendant que la jeune fille ne disant rien, le bravait du regard.

D'un geste, il repoussa la terrible enfant vers les escaliers pour qu'elle monte dans sa chambre. Quand elle eut disparut, il se tourna vers Caïn et, d'un signe de la main, il le somma de venir. Sur ses gardes, l'enfant avança.

" On ne t'as jamais dit que ce n'était pas bien d'observait en cachette, démon?"

Appeuré, l'enfant ne soufflait mot.

" Et tu donc muet? Il va me falloir punir cet affront, suis-moi!"

Une boule dans la gorge et la respiration halentante, Caïn obtempéra, et suivit son père jusqu'à une salle où il l'allongea sur un lit avant de l'attacher fermement. Et là, un fouet s'abbattit sur lui, pour la première fois, le faisant hurler de douleur.

" Mais tu as donc une voix? Bien!"

Un nouveau coup de fouet, mais un cri un peu moins fort. Tout sauf donner à l'homme qui le battait satisfaction. Tou mais pas ça.

" Tu sais, je fais cela pour ton bien... Tu es maudit... il faut que je t'enlève tes pêchés, Caïn, pour que tu connaisses la rédemption... Il me faut te punir..."

Et sur cette litanie incessante, les coups se répétèrent, marquand à jamais la peau fine du futur comte.

Une fois la besogne achevée, ce fut à Adrian de panser une fois de plus ces plaies trop nombreuses, en silence, tandis que Caïn pleurait toutes les larmes de son corps. Adrian serra ensuite le jeune lord en le traitant affectueusement de pleurnichard. Et presque toutes les nuits, cette scène se répètera. Ce jour marqua en effet le début d'une longue souffrance pour l'enfant maudit.

Entre ses punitions et l'éducation stricte que l'enfant recevait pour arriver à être un futur comte acceptable, Caïn n'avait aucun répit. Cours de bonne manière, leçon de piano, d'écriture, de lecture, apprentissage des lignées de Lord depuis des siècle et des siècles sans compter l'équitation et le maintien, voilà ce qui rymthmait ses journées. Peu à peu, les effets s'en ressentait sur son comportement.

Mais pourtant, tout les soirs, l'enfant caresser le corps verni d'un violon en bois de cerisier. Et un jour, Adrian entra dans la pièce et prit l'instrument de ses main de jeune adolescent, à présent, pour le porter à son coup et lui jouait une douce mélodie. Une de ces chansons que seule sa mère connaissait. Et à force de temps et de patience, le majordome enseigna à son maître l'art difficile de cet instrument capricieux, ainsi que la maîtrise des plus dangeureux poisons.

Et c'est le son merveilleux d'un violon qui rit et qui pleure dans la nuit qui réussit à charmer le jolie Melie. Caïn et sa demi-soeur apprirent à se connaître sur un air de violon. Et une incomparable complicité naquit entre la sale gamine et le jeune comte.

Le destin voulu qu'il perde encore un être cher. Mélie fut retrouvé un soir sans vie dans une ruelle mal famée, vidée de son sang, et le pendentif que lui avait offert son grand-frère arraché.

" je t'aime, petite soeur..." a t-il alors murmuré aux milieu de ses larmes.

Cet évènement fit basculer Caïn dans la folie. Hanté de cauchemards, de terreurs nocturnes et autres hallucinations, il ne cessait d'appeler Adrian à son secours. Et une nuit, il passa ses bras fins autour du cou de son majordome, avant de poser ses lèvres contre les siennes. Adrian, d'une nature plutôt libertine, n'hésita pas à étreindre le corps de Cain. Pourtant, malgré le désir qu'il ressentait et pensait purement charnel à l'époque, il repoussa le lendemain le jeune garçon, sachant combien cette relation serait dangereuse. Caïn refusa de comprendre se rejet. Il se renferma, laissant son instrument sans vie sur une chaise et refusant de sortir ou de voir Adrian l'approcher. Et un soir, il tenta de mettre fin à ses jours.

L'odeur du sang attira immédiatement Adrian, qui resta un instant figé devant la scène. Le majordome approcha alors délicatement ses lèvres du cou de l'adolescent endormi, avant de planter ses canines dans la chair tendre de caïn, gouttant à sa vie et à l'étreinte du jeune homme. Il n'y eut rien d'autre qu'un gémissement qui franchit ses lèvres. Mais jamais Adrian n'eut le courage d'achever sa proie. L'insensible vampire avait vécut des années caché au sein de la famille sous le rôle d'un majordome afin de faire taire les nombreuses suspicions de la police sur lui. Et le comte l'avait accepté, faisant des recherches sur l'immortalité et se servant en échange d'Adrian comme d'un sujet d'étude. Tueur et cruel, Adrian n'en était pas moins tombé sous le charme de sa propre créature: Tel pygmalion, il s'était entiché de ce qu'il avait fait à force de temps et de patience. Car plus que l'éductation sévère de son père, c'était l'enseignement subtil d'Adrian qui avait fait de Cain un jeune homme à la fois méprisant et fragile, un être intelligent et sensible, dépendant de lui comme une marionnette dépend de son marionnetiste.

Ce soir là, Caïn devint un vampire, et Adrian tua le précédent comte Crowell, tout comme il avait tué Mélie, pour qu'enfin Caïn n'appartienne qu'à lui. Il le marquera même au fer rouge plustard, comme sa proie et sa propiété. Il s'enfuit ensuite avec Caïn à Paris. Le jeune garçon n'était cependant rien de plus qu'une poupée sans vie. Le vampire plaça son amant dans une salle remplit de poupée en porcelaine afin de se rappelait chaque jour combien la vie des homme était fragile. Caïn fut son plus grand regret, car il était la seule personne à qui il n'aurait jamais voulut faire le moindre mal. Il l'avait détruit en le sauvant, et maintenant qu'il lui avait donné l'immortalité, il n'avait plus le courage de le tuer, n'ayant su profiter du moment propice.

Le temps et les années filèrent, et un jour, lors d'une nuit de fort vent, la fenêtre de la chambre de Caïn s'ouvrit, et une jolie poupée aux longs cheveux blonds et aux yeux comme deux perles d'azur se fracassa à ses pieds. Dans les morceaux de verre, un petit pendentif brillait comme un diamant dans la leur vacillante des bougies. Une larmes roula sur la joue de caïn. Une seule larme tendit qu'il se levait enfin, le ramassait, et se dirigeait dans les couloirs de cette demeure étrangère, comme mut par des fils invisibles.

Il prit une arme, mais il ne parvint jamais à se rappelait ce que c'était. Un objet flambant, quoiqu'il en soit. Et il trouva Adrian dans son bureau. Celui-ci se retouné et dit d'une voix pleine de surprise et de joie contenue:

" Vous êtes réveillé, My Lord?"

Sans ciller, Caïn abattit l'objet sur le vampire qui hurla de douleur et s'écroula bientôt, tandis que Caïn restait immobile. Le feu prit alors dans la grande pièce, mais Caïn ne bougeait toujours pas. Rassemblant ses dernières forces, la silhouette d'Adrian tira sur sa jambe et le fit tomber au sol. Alors, en sanglots, Caïn serra le corps de son amant dans ses bras. Adrian, lui, se contenta d'effleurer de sa main brûlée le visage de son amant et de l'éloigné délicatement de lui, avant d'ajouter, un sourire heureux aux lèvres:

" Tu es réveillé... Sauve-toi vite maintenant..."

Mais Caïn se contenta de hocher la tête de gauche à droite, marquant son refus d'obéir. Une fois de plus, Adrian lui sourit:

" Tu es encore jeune, j'ai bien vécu..."

Toujour le même refus obstiné. Un nouveau sourire, accompagné d'une larme de sang et d'une main tremblante, qui glisse peu à peu sur le contour d'une joue humide de larmes.

" Ne pleures pas... Je ne veux pas partir sans ton sourire..."

Une nouvelle larmes en réponse. Caïn laissa ses cheveux noirs masqué son visage tandis que ses épaules tremblaient à force de trop pleurer.

" Vas-t'en, et je te promettrai, de ne pas mourir... Je te retrouverai... Nous avons l'immortalité pour nous revoir... Va t'en, et je reviendrai chercher ton sourire que tu me refuses aujoud'hui..."

Adrian laissa alors glisser sa main sur le menton de Caïn, cueillant au passage une de ses larmes

" En attendant, je garde cela. Je te rendrai tes larmes, lorsque tu m'aura offert ton sourire... Car je ne veux plus jamais te voir pleurer..."

Sans même adresser un seul mot, les deux yeux dorés du comte se plongèrent dans le ciel bleu de ceux d'Adrian. Puis, rapidemment, le jeune vampire partit...

" Je t'aime... Pourquoi faudra t-il que je manque... à ma dernière promesse..."

Une main retomba sur un coeur qui ne battait déjà plus depuis longtemps. Deux paupières se fermèrent et éteingnirent ainsi le feu d'un regard peuplé de mer et d'azur. Les flammes ravagèrent bientôt presque entièrement la batîsse.

Depuis ce jour là, un "petit comte pleurnichard" a oublié comment on pleurait.

Durant des années, il du apprendre à vivre seul, ne tuant que des malades, des criminels ou des déséspérés, encore trop attaché à la vie pour chasser d'autres proies. Il vécut dans des maisons closes, se prostituant afin de trouver ses proies ou de satsifaire son désir selon sa raison. mais en réalité, c'était sans aucun doute l'étreinte d'Adrian qu'il cherchait à oublier dans d'autres bras. Mais en vain.

Aujourd'hui, il souffre encore de sa folie et de son crime. Il n'a pas tout à fait conscience de ce monde, et il lui arrive d'écrire des lettres à Mélie qu'il commence toujours par: "je t'aime, petite soeur", ou encore de rester des nuits entières sans bouger à regarder le fil de l'eau et à attendre. Parfois, c'est dans les larmes de son violon qu'il noie son esprit. il attend toujours. Menant sa propre enquête, il a appris l'existence des différents clans de vampires, et à choisit de rejoindre celui des serpents.

Mais depuis quelques temps, il lui arrive de sentir une présence dans son dos, qui le guette, le suis et l'évite. Serait-ce son père qui aurait survécut et trouvé le moyen d'être immortel? ou Adrian? mais peut-être ne sont-ce là que les marques de sa folies, rien de plus que chimères, rêves oubliés et illusions cruelles...

Souvent perché sur les toits avec un corbeau, il se plait à observer le monde. Et la nuit, il trouve refuge dans sa chambre remplit de miliers de poupées en porcelaine qui le contemple de leurs inquiétants yeux vitreux.

Il est également explorateur, ce qui lui permet de voyage à travers le monde avec l'espoir de retrouvé enfin Adrian.

Profil psychologique : Cain est plutôt solitaire, même si ces derniers temps, il s'avance et recherche le contact des gens. Profondément mélancolique, c'est le genre de type qui ne déprime pas que lorsqu'il dort, et encore! Mais il ne parle que rarement de ses problèmes, et évite soigneusement de parler de son passé. De plus, même s'il souffre au fond de lui, il tente de le cacher à l'extérieur, par une joie feinte trahi par ses yeux sans cesse voilé de tristesse et de mélancolie. Il est également fou, persuadé qu'il va retrouvé sa jeune soeur comme elle était avant et refusant par conséquent sa disparition. La présence qu'il ressent l'obsède peu à peu, et il en vient à renier la disparition d'Adrian. Adrian est d'ailleurs son plus grand amour et son plus grand ennemi, et il ne quitte jamais ses pensées. Soumis et dépendant de l'autre vampire, apprendre avec certitude sa mort pourrait le tuer. Il a besoin de dépendre de quelqu'un d'ailleurs pour tenter de se libérer de l'emprise de son créateur. Cependant, à l'extérieur, il peut se montrer hautain, blessant, impertinent, séducteur, libertin et sûr de lui. Tout dépend de la façon dont on l'aborde. Il est également extremement sensible, et refuse donc de tuer n'importe quelle proie. Il est fragile psychologiquement mais il ne le montre pas. Il peut également se montrer capricieux, voir enfantin, et paradoxalement, il sait se comportait aussi comme un parfait aristocrate.

Description physique : Des yeux verts et dorés, comme ceux d'un chat ou d'un démon. Voilà de quoi à principalement hérité le comte des poisons. Ils sont cependant toujours voilé de tristesse, de déséspoir, et brillent rarement d'une quelconque joie pour les choses réelles de ce monde. Ses cheveux sont noirs et il a une peau trés pâle, de naissance. D'une taille moyenne pour un jeune homme de son âge, il n'en reste pas moins anormalement fin et fragile d'apparence, résidu de son enfance et de ses mauvais traitement. Il porte de nombreuses cicatrices dans son dos qu'il cache, ainsi que des marques sur ses poignets et les traces de la morsure d'Adrian dans son cou. il a un papillon aux ailes sanglantes déchirrées marqué au fer rouge sur l'épaule. Il s'habille élégament, souvent en noir, et ce malgré son statut de prostitué.

Passions : Ses poisons, son violon, Adrian et sa soeur, Mélie.

Signes particuliers: Il est en partie fou, et vit dans son monde. Il a de nombreuses cicatrices sur le dos, et une marques au poignet dont il a honte et qu'il dissimule. Marqué au fer rouge sur l'épaule gauche d'un pappilon aux ailes sanglantes et déchirrées, c'est le seul signe d'appartenance dont il n'est pas honte. Ses yeux sont aussi une particularité. il porte aussi le pendentif qu'il avait offert à sa soeur autour du cou et ne s'en sépare jamais.

( Désolé pour le double post, mais ça rentrait pas.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astarté De Frémont
|Admin|Chef des Serpents|
avatar

Nombre de messages : 93
Clan : Serpent
Date d'inscription : 30/06/2005

MessageSujet: Re: Caïn Crowell   Lun 8 Aoû à 12:25

Il n'y a pas de problèmes. Wink C'est parfait, j'aime beaucoup ton histoire.

Fiche validée. Bienvenue dans le Clan des Serpents. Mr. Green

_________________
Bois ce que t’offrent mes cuisses,
Une pluie de mensonges, un spectacle maudit,
Une poitrine qui n’a jamais nourrit.
Une Aphrodite pour des âmes mortelles
Jouant à cache-cache dans des rôles lubriques.


- Nightwish -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://silver-tears.ca.cx/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caïn Crowell   

Revenir en haut Aller en bas
 
Caïn Crowell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sanguinaria Elixura :: [Gestion des Personnages] :: Présentation des Personnages-
Sauter vers: